Qualification « royal »

Le gouverneur Davidson a affirmé avec force que le Newfoundland Regiment méritait une reconnaissance spéciale pour ses actions au cours des batailles d’Ypres et de Cambrai. Sa demande, adressée au gouvernement britannique, consistant à ajouter la désignation « royal », a été accordée le 10 décembre 1917; c’est la seule fois que cet honneur a été décerné pendant la guerre.

Extrait d’une lettre du brigadier-général Douglas Cayley

« J’ai toujours exprimé ma grande admiration pour l’esprit militaire et les qualités guerrières supérieurs du régiment. C’est merveilleux que ces qualités soient ainsi reconnues et qu’elles soient une source de la plus grande des fiertés pour tous à Terre-Neuve. »

« [...] je vous salue individuellement. Vous avez mieux fait que les meilleurs. » Aylmer Hunter-Weston, général, commandant de la 4e armée britannique, VIIIe corps expéditionnaire britannique
s’adressant au Newfoundland Regiment après Beaumont-Hamel
1916

Commémoration du service et des sacrifices

« Il a donné un remarquable exemple de courage et de détermination. » Citation de la Croix militaire décernée le 5 juillet 1918 au capitaine Bertram Butler, Royal Newfoundland Regiment, pour ses actions à Marcoing-Masnières, en France

On s’est rapidement rendu compte que les gens donnaient énormément à cette guerre. Ils lui donnent leur temps, leurs compétences, leur énergie et même leur vie. Cette guerre est dévastatrice.

Des médailles sont attribuées pour les actes de bravoure au combat. Elles remontent le moral et inspirent la fierté et le courage parmi ceux qui servent outre-mer. Chaque distinction fait l’objet d’une annonce dans les journaux au pays et est célébrée.

Lorsque la guerre se termine, on trouve de nouveaux moyens pour distinguer le service et le sacrifice. Des médailles de la guerre et de la victoire sont attribuées pour honorer ceux qui « ont tout donné » à la Grande Guerre.

Décoration de la 29e division

Décerné à la discrétion du commandant divisionnaire et porté sur l’épaule, l’insigne de la bataille de la 29e division récompense un acte de bravoure sur le champ de bataille. Peu de divisions ont leur propre décoration. Les membres du Newfoundland Regiment sont admissibles.

Médailles de service

Remises après la guerre, les médailles commémoratives de campagne reconnaissent les états de service. Les récipiendaires les arborent fièrement lors de réunions ou d’événements commémoratifs. Les familles de ceux qui sont morts les chérissent comme des symboles de sacrifice.

Sergeant Walter Pitcher

Newfoundland Regiment, matr. 2115

Avec neuf coéquipiers, Walter Pitcher a arrêté l’avancée des Allemands et empêché la capture de Monchy-le-Preux, ce qui lui a valu la médaille militaire. Il a été tué en 1918 à proximité de Marcoing, en France.

Volontaire Isobel LeMessurier

Détachement d’aide volontaire

Isobel LeMessurier s’est portée volontaire pour travailler dans un hôpital en Angleterre de 1916 à 1919. À son retour à Terre-Neuve, elle a reçu une Médaille de guerre britannique.

Matelot Robert Balsom

Newfoundland Royal Naval Reserve, matr. 823X

Longtemps réserviste dans la marine, Robert Balsom a servi sur le croiseur marchand armé NSM Columbella et le cuirassé NSM Caesar, entre autres navires, ce qui lui a valu ces médailles.

Soldat William Mercer

Newfoundland Regiment, matr. 2615

Ouvrier dans une usine de chaussures d’Harbour Grace, William Mercer s’est enrôlé en 1916. Il est tué au combat à Monchy-le-Preux. Ces médailles ont été remises par la suite à sa famille.

Croix de Victoria
le plus grand honneur

Sergent Thomas (« Tommy ») Ricketts
Royal Newfoundland Regiment, matr. 3102

Le 14 octobre 1918, à Drie-Masten, en Belgique, Tommy Ricketts, 17 ans, originaire de White Bay, s’est porté volontaire pour accompagner le commandant de sa section, le caporal intérimaire Matthew Brazil, armé d’une mitrailleuse Lewis, pour contourner l’ennemi. À 274 mètres (300 verges) des Allemands, il a manqué de munitions. Sous un feu nourri, Tommy s’est replié pour se réapprovisionner, puis est retourné à sa mitrailleuse. Son tir précis a fait reculer l’ennemi. Son peloton a alors pu avancer sans essuyer plus de pertes. Pour cette action, Tommy a reçu la Croix de Victoria, la plus haute décoration de l’Empire britannique récompensant le courage face à l’ennemi, le seul membre du Royal Newfoundland Regiment à l’avoir obtenu.

Beaumont-Hamel et le Sentier du Caribou